MSFE - Mission Sans Frontière pour l'Emploi

30 mai 2015

Bilan MSFE 2014 / 2015

Une soirée a été organisée le jeudi 28 mai à Laval pour présenter le bilan de l'action 2014 / 2015. Beaucoup de partenaires étaient présents ainsi que les participants au périple Laval / Burkina.

IMG_0154

 

Au regard des critères d'évaluation le bilan est très positif à l'instar des 6 précédents périples :

- Le périple a été réalisé dans son intégralité (8 000 km au total) malgré les problèmes techniques et les complexités administratives (douanes, ...).

- Cette action a permis aux 8 conducteurs stagiaires d'accéder à un emploi en complétant leur formation par une expérience pratique.

- Les 80 m3 de fret ont été livrés dédouanés et aux domiciles des 6 associations partenaires.

- L'équilibre financier a été réalisé grâce à la revente des véhicules, la facturation pour le transport du fret et les entreprises mécènes, les gratuités, dons, etc. Merci à tous ces partenaires.

- Enfin il n'y a eu aucune difficulté liée à la sécurité, ni accident, ni problème médical.

Une vidéo permet de revivre ce périple 2015. Des DVD sont en vente au prix de 10€ l'unité.

 

 

 

Posté par Enroute à 09:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]


13 mars 2015

Le périple en différé ! : 5/ Les livraisons au Burkina

Après une semaine de procédure de dédouanement à Ouagadougou, le temps presse pour organiser les livraisons du matériel humanitaire aux "4 coins du pays". En moins d'une semaine nous allons parcourir 1800 km, parfois avec une partie de l'équipage, parfois de nuit, pour assurer ces livraisons destinées à 6 associations basées en France et intervenant au Burkina : Pharmaciens sans Frontières à Ouaga, Kankélé à Toussiana, l' Aide au développement de Boussé, ASBF Ernée à Gomponsom, le jumelage Laval-Garango et l'association Fougères-Ouargaye.

Livraison au BF

 

 

 

 

 

 

 

Les livres confiés par Pharmaciens sans frontières et destinés à une école de Ouagadougou seront acheminés par triporteur depuis l'hôtel Nong Taaba, ceci afin de gagner un peu de temps pour les livraisons plus lointaines.

anniv maeline 1254

anniv maeline 1257

 

 

 

 

 

La livraison à Toussiana, dans le sud du pays à 430 km de Ouagadougou va s'effectuer au pas de charge avec un équipage restreint.

10 m3 de fret vont être livrés : des vélos, machines à coudre, vêtement, etc. confiés par l'association kankélé basée en Haute Vienne.

Puis ce sera Boussé avec une livraison de divers matériels notamment destinés au maraîchage équipé d'arrosage en goutte à goutte. Ces dons ont été confiés par l'association Aide au développement de Boussé située à Aron près de Mayenne.

anniv maeline 1226

anniv maeline 1231

anniv maeline 1245

 

 

 

 

 

Après Boussé nous poursuivons en direction de Yako puis par une piste d'une quizaine de km nous parvenons de nuit à Gomponsom. Le déchargement se fera à la lumière des phares de voitures. L'association ASBF d'Ernée nous a fait parvenir ici une dizaine de m3 de matériel, principalement du matériel médical.

IMG_0057

 

 

 

 

 

Dès le lendemain un départ est programmé pour Garango, ville jumelée avec Laval. Nous allons livrer une trentaine de m3 de matériel, principalement des équipements pour la maison des artisans. Ce gros projet piloté par l'association Laval-Garango est quasi achevé et les tables, chaises, bureaux, etc. convoyés par MSFE vont permettre de le rendre pleinement opérationnel.

anniv maeline 1287

anniv maeline 1291

anniv maeline 1378

 

 

 

 

 

Enfin ce sera le départ pour Ouargaye, ultime livraison, par une piste de 60 km heureusement en assez bon état.

anniv maeline 1402

anniv maeline 1413

anniv maeline 1416

Une partie du fret, constitué de lits et divers matériel médical, sera livrée à l'hôpital de Ouargaye, le reste sera destiné à la bibliothèque et à des écoles (cartables, etc.).

anniv maeline 1312

anniv maeline 1317

 

 

 

 

 

 

Après ces livraisons Marathon, retour à Ouagadougou puis, par avion, retour en France le 28 février après 5 semaines d'un périple bien rempli.

En dépit des nombreux incidents et des longs moments perdus dans les centres de douanes, ce 7ème périple est finalement une réussite : l'ensemble du programme a été respecté, le fret a été livré, les véhicules revendus pour assurer l'équilibre financier de l'opération et l'ensemble de l'équipage revient en bonne santé et des souvenirs pleins la tête. Enfin, chaque stagiaire va pouvoir mettre en pratique dans son entreprise ce qu'il a appris tout au long de ces 8 000 km parcourus sur les routes d'Europe et d'Afrique.

anniv maeline 204

 

Itinéraire

Posté par Enroute à 11:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 mars 2015

Le périple en différé ! : 4/ de Bamako à Ouagadougou

La sortie de Bamako est assez périlleuse. On découvre d'abord que la circulation des camions est interdite de 6h à 10h du matin. Donc blocage au premier contrôle de police mais en payant une amende pour chaque contrôle jusqu'à la sortie de la ville (une forme de bakchich en quelque sorte !) on peut continuer à rouler avec un policier à moto qui nous escorte !

La circulation est très dense dans certaines rues, les 2 roues en particuliers sont innombrables.

La route en direction de la frontière du Burkina via Sikasso est excellente. La végétation devient luxuriante.

 

Bientôt nous atteignons le poste frontière entre le Mali et le Burkina Faso, destination finale de notre périple. Mais il faudra presqu'une journée pour accomplir les formalités de douanes. Ah les douanes ! Toujours complexes ces démarches pour obtenir les documents nécessaires au transport de marchandises, même lorsqu'il s'agit de dons destinés à aider des associations.

En attendant on se restaure,

anniv maeline 974

 

 

 

 

 

 

 

 

On constate avec surprise la surcharge de certains camions : celui-ci atteint ses 73 tonnes sur la bascule !

anniv maeline 986

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres jouent les nounous !

anniv maeline 981

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis c'est enfin la sortie. Direction Ouagadougou où devra s'effectuer le dédouanement. Hé oui on en a pas fini avec les douanes !

Le chargement des taxis brousse que nous rencontrons est toujours un étonnement pour un européen. 

 

 

anniv maeline 992

anniv maeline 1022

anniv maeline 1207

anniv maeline 1491

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis c'est l'arrivée à Ouagadougou avec une pause bien méritée à l'hôtel Nong Taaba.

En fait la pause va durer une semaine en raison du long dédouanement des véhicules et du fret.

Merci à Morgane le Directeur de l'hôtel Nong Taaba et à son personnel qui nous a rendu agréable cette immobilisation forcée.

Situé sur la route de Pô à une dizaine de km du centre de Ouagadougou c'est un lieu à recommander tant pour la restauration (exellente) que pour le cadre et l'hôtellerie. C'était la séquence : séjour touristique !. Voir site 

anniv maeline 1057

anniv maeline 1059

Posté par Enroute à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le périple en différé ! 3/ De l'entrée en Mauritanie à Bamako

Cette troisième partie concerne des régions "sensibles" en raison des risques terroristes. Initialement il était prévu un passage par le Sénégal afin d'éviter l'est de la Mauritanie et une partie du Mali déconseillés par le Ministère des affaires étrangères. Nous avons changé d'avis pour 3 raisons : 1/ la traversée du Sénégal est extrêmement compliquée administrativement avec une entrée par le poste frontière de Rosso sans doute le plus corrompu, mafieux, etc. du monde ! (désolé pour nos amis sénégalais qui en subissent les conséquences). 2/ la perception sécuritaire est assez subjective et vu de Nouakchott c'est plutôt l'Europe qui aujourd'hui est dangereuse. Se promener dans une rue de Nouakchott ne nous parait pas plus risqué que de prendre le métro à Paris. 3/ La route habituelle de Mauritanie est assez sécurisée jusqu'à la frontière du Mali avec des barrages réguliers de police. Après la frontière une escorte policière malienne accompagne les convois jusqu'à Bamako.

Pour autant il ne faut pas prendre les questions de sécurité à la légère, donc certaines règles doivent être scrupuleusement respectées et pour sécuriser plus encore le convoi un guide mauritanien de l'auberge Sahara nous accompagnera jusqu'à la frontière du Mali. Il nous sera d'une aide précieuse notamment pour faciliter les démarches administratives et aussi pour surmonter quelques difficultés.

Frontière mauritanienne à Nouakchott : 470 km

La sortie du poste frontière marocain débouche sur un no man's land de quelques km avec des pistes qui partent un peu dans tous les sens. C'est très caillouteux et un peu sablonneux par endroit. Il faut repérer le bon passage mais on ne roule guère plus qu'à 10 ou 15 hm/h. C'est un endroit un peu glauque avec pas mal de voitures en panne ou faisant l'objet de trafic. Il y a aussi des guides plus ou moins faux et des individus louches qui s'improvisent transitaires en douanes et intermédiaires en tout genre !

Une voiture d'accompagnement : l'ambulance BX n'apprécie pas du tout ce type de piste et le circuit hydraulique commence à donner des signes de fatigue.

Puis on atteint les bâtiments du poste frontière de la République islamique de Mauritanie. Avec tout de suite une question existentielle : par quel bout commencer les formalités ? C'est complexe et très embrouillé entre la douane, la gendarmerie, la police, les militaires, les assurances, etc. etc. Difficile de se passer d'une sorte de transitaire pour faciliter les démarches. En final on nous impose une escorte douanière très, très onéreuse qui est censée nous accompagner en convoi jusqu'à la sortie du pays. Après négociation cette escorte se réduira à une "surveillance" téléphonique, au moins la première journée.

Après une nuit passée non loin de la frontière direction Nouakchott, la capitale, par une belle route qui se faufile entre les dunes de sable.

 

anniv maeline 533

anniv maeline 542

anniv maeline 546

Photo disque 1 035

Photo disque 1 057

 

 

 

 

Halte à l'auberge Saharaà Nouakchott, le rendez-vous des routards sahariens. Puis une journée de repos entre plage, visite de la ville et palabres avec les routards de passages.

anniv maeline 601

anniv maeline 614

anniv maeline 616

anniv maeline 626

anniv maeline 627

 

 

 

 

 

 

Nouakchott à Gogui (frontière du Mali) : 950 km

Nous prenons la direction plein est par la route dite de l'espoir car elle a permis de désenclaver les nombreuses villes et villages du sud mauritanien jusqu'à l'est du pays.

La route est d'abord étroite et en "montagne russe" qui rend difficile les croisements et surtout les dépassements. Il faut aussi faire très attention aux animaux nombreux dans certaines régions d'élevages et qui divaguent librement sur la route : chèvres, moutons, dromadaires, ânes, etc. Les traversées de villages sont aussi périlleuses en raison de la circulation anarchique de tout types d'engins.

Photo disque 1 066

Photo disque 1 071

Photo disque 1 090

 

 

 

 

 

 

A partir de la ville de Kiffa la route est en cours d'aménagement et il faut prendre de nombreuses déviations par des pistes qui nécessitent beaucoup d'attention pour les conducteurs. Notre ambulance BX est quasi au bout du rouleau, la pompe hydraulique est sans doute défectueuse donc plus de suspension et plus de freins. Il faut la trainer et bientôt nous devrons nous résigner à l'abandonner. 

anniv maeline 685

anniv maeline 705

anniv maeline 737

anniv maeline 757

Photo disque 1 106

 

 

 

 

 

anniv maeline 766

anniv maeline 772

anniv maeline 784

anniv maeline 809

 

 

 

 

 

 

Frontière du Mali à Bamako

Après de longues formalités douanières (encore !) direction Bamako la capitale escorté par des gendarmes. On sort progressivement du désert pour entrer dans la zone sahélienne de savanes avec les premiers baobabs. C'est l'Afrique noire : un autre monde. Pas d'incident à signaler mais un désagrément en arrivant à Bamako : pour des raisons de pollution la circulation des camions est interdite de 18h à 22 h et de 6h du matin à 10h. Donc blocage du convoi.

Il faudra patienter pour profiter du cadre du camping Djoliba près du fleuve Niger et de sa piscine. Et en prime de ses innombrables moustiques !

anniv maeline 820

anniv maeline 821

anniv maeline 830

anniv maeline 866

anniv maeline 867

Posté par Enroute à 09:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 mars 2015

Le périple en différé ! : 2/ De Tanger à la frontière de Mauritanie : 2 400 km

Débarquement de nuit dans le port de Tanger-Med. Ce nouveau port à 25 km à l'est de Tanger est en service depuis quelques années. Il est immense et il n'est pas très aisé de trouver le bon circuit adapté à notre convoi humanitaire. Impossible en final d'échapper aux démarches douanières prévues pour les marchandises avec cependant des adaptations prévues pour le fret humanitaire et pour le transit par le Maroc : exonération de taxes, dépôt d'une caution récupérable à la sortie du pays, plombage des camions, etc. A noter : le bon accueil du personnel des douanes et leur efficacité. Pour autant il nous faudra 1 jour 1/2 avant d'entrevoir la sortie du port.

anniv maeline 317

Mauvaise nouvelle : une fuite d'huile sur un moyeu de roue d'un camion a été constatée avant l'embarquement en Espagne. Roland notre mécano livre son diagnostic : un roulement est sans doute défectueux. Il faut essayer d'atteindre Marrakech pour envisager absolument une réparation avant de continuer vers le grand sud.

 

 

Tanger à  Marrakech

Pas de difficultés pour atteindre cette ville par l'autoroute via Rabat et Casablanca. Notre sortie du port de Tanger ayant été tardive une partie du trajet sera nocturne. Le roulement semble tenir même si la fuite d'huile est toujours bien présente. Vers minuit c'est avec un grand plaisir et aussi un grand soulagement que nous nous installons au camping Ferdaous à quelques km de l'entrée Marrakech. Il ne fait pas encore très chaud mais nous déjeunons en plein air entouré de très nombreux camping-caristes qui telles les hirondelles viennent passer l'hiver dans le sud marocain.

Le lendemain c'est "congé" : visite de la ville, des souks, etc. ................

anniv maeline 320

anniv maeline 326

anniv maeline 328

anniv maeline 330

anniv maeline 333

 

.................sauf pour le mécano. Sans trop de difficultés il trouve un roulement et des joints. Il faut une bonne journée 1/2 de travail pour effectuer la réparation. Bravo Roland !

 

anniv maeline 323

anniv maeline 324

 

 

 

 

 

Marrakech à Tiznit (sud Agadir) : 370 km

Le départ de Marrakech ne pouvant se faire qu'en début d'après midi (il faut terminer la réparation), notre calendrier se trouve bouleversé. Nous devrions être à l'entrée du Sahara occidental, nous ne serons qu'aux environs de Tiznit avec un bivouac dans une station service. Le gérant nous propose très gentiment de mettre notre camion assistance dans un garage ce qui nous permet de diner à l'abri du vent et du froid. Nous sommes déjà bien loin au sud mais le vent qui vient d'Europe nous poursuit !

 

anniv maeline 335

anniv maeline 336

anniv maeline 340

anniv maeline 344

anniv maeline 363

 

 

 

 

 

Tiznit à Laayoune : 600 km

Après Tiznit nous atteignons très vite la chaîne de l'Anti Atlas, derniers reliefs jusqu'à l'arrivée au Burkina. La route monte très vite vers le col du Kerdouz à près de 1000 m. Les paysages sont magnifiques. Dans la descente vers Guelmin puis Tan Tan les vastes étendues semi-désertiques préfigurent le Sahara occidental. Nous y voilà dans le grand sud. Bientôt la route va longer l'Océan Atlantique jusqu'à la frontière de Mauritanie. Sans relief avec parfois des lignes droites interminables elle surplombe l'Océan qui vient échouer ses énormes rouleaux contre une falaise de plus de 40 mètres. L'absence de vent (ce qui est très rare) va nous permettre d'organiser un déjeuner dans cet étrange décors.

anniv maeline 390

anniv maeline 392

anniv maeline 399

anniv maeline 401

anniv maeline 406

 

 

 

 

 

anniv maeline 408

IMG_0041

P2080001

 

 

 

 

 

La conduite sur cette route nécessite une bonne concentration et une bonne maitrise du véhicule. La route est en effet étroite par endroit, les bas côtés sont souvent surélevés et très abîmés, enfin la circulation surtout de camions est assez dense. Le croisement de 2 camions se fait serré et on y laisse parfois un rétro.

Cette étape va à nouveau être marquée par un incident technique : un pneu avant d'un camion éclate. Il faut 1h 1/2 pour effectuer le changement et il faut aussi trouver une autre roue complète chez un garagiste dans le village d' Akfennir.

anniv maeline 431

A nouveau il faut envisager une étape plus courte. Adieu le camping de Boujdour que nous avions prévu. Nouveau bivouac dans une station service près de Laayoune.

 

 

 

Laayoune à Dakhla : 500 km

Départ très tôt. Après ces étapes perturbées par des incidents techniques il est temps de se recaler sur le calendrier prévu et surtout d'atteindre le plus tôt possible le camping de Dakhla pour un peu de confort : douche, lavage du linge et un peu de détente avant la Mauritanie.

A une soixantaine de km du but une voiture d'accompagnement éclate 2 pneus, sans doute en accrochant le bas côté. Nous ne disposons que d'une roue de secours. Les autres sont dans l'un des camions plombés par les douanes à Tanger ! Impossible de déplomber car c'est la perte assurée de la caution versée pour la traversée du pays.

Il faut se résigner à immobiliser le convoi et à envoyer une voiture pour acheter une roue à Dakhla ! Retour en fin d'après midi avec une roue complète qui s'avère voilée ! Tant pis on roulera à allure réduite jusqu'au camping que nous atteindrons à la nuit tombante. Décidément aucune étape n'est épargnée par un incident technique.

anniv maeline 437

anniv maeline 442

anniv maeline 450

anniv maeline 497

anniv maeline 503

 

 

 

 

 

Dakhla à la Frontière de Mauritanie

Départ en début d'après midi avec une arrivée prévue en fin de journée à la station service de Bir Gandouz située à une soixantaine de km de la frontière. C'est l'occasion d'admirer les magnifiques paysages de la presqu'île de Dakhla où se mèle l'océan et les dunes du Sahara.

P2090022

P2090025

IMG_0047

 

 

 

 

 

Le départ est émaillé de quelques incidents sans gravités (notamment une nouvelle crevaison) qui nous retardent mais la route est belle et le peu de circulation permet de rouler à une bonne allure. Les paysages sont sahariens. Nous sommes dans le grand désert avec parfois un vent de sable blanc qui nous masque la route.

anniv maeline 435

anniv maeline 508

 

 

 

 

 

L'arrêt à mi-parcours est marqué par un incident qui va mettre tout le convoi en difficulté : un geste brusque d'un équipier et c'est une clef cassée dans un Nieman. L'effort pour libérer le volant va se traduire par la rupture de la colonne de direction. C'est la cata complète ! Après plusieurs tentatives de rafistolages la solution va consister à bloquer une clef à pipe de 14 qui va servir de volant sur 160 km. Bir Gandouz est atteint vers 22h. Bravo encore à Roland le mécano et à Safak qui ont réussi cette opération périlleuse. 

Au petit matin on s'aperçoit que Bir Gandouz est devenu une petite ville pourvue d'un mécano, un soudeur, etc. On pourra réparer sans trop de problème.

Réparation du volant

 

Et direction la frontière et les complexes formalités de sortie du Maroc

.

 

 

Posté par Enroute à 10:56 - Commentaires [2] - Permalien [#]